La naissance d’une collection

Tout au long de l’année je collecte, des images, des tissus et des dentelles. C’est vers la fin de l’année que je me pose avec mes feuilles blanches et pour crayon à papier pour commencer à penser la collection. Je fouille dans mes images, ouvre les anciens catalogues de robes de mariée, des années 20 à aujourd’hui, et garde sous les yeux les étoffes qui m’inspirent. Au fil des jours plusieurs croquis prennent forme.

Le moment difficile est celui du choix. En effet, sur une trentaine de croquis seule une petite dizaine sera mise en couleur et choisie pour la collection.

En parallèle, j’honore mes rendez-vous avec vous, et ces échanges m’enrichissent d’idées qui viennent me conforter dans mes choix ou bien faire évoluer certains modèles.

C’est dans mon atelier près de Bordeaux, que la toile à prototype passe sous mes ciseaux. Je l’épingle ensuite au mannequin et je viens mouler la robe.

La collection robe de mariée et robe de soirée prend alors forme de brouillon puis une fois satisfaite, elle se transforme en patron. Le patron défini, munie de ma calculette et de toute ma concentration, je décide du nombre de métrages nécessaires.

C’est avec excitation que je découvre ou redécouvre les tissus, les dentelles et autres passementeries. Je m’active alors à confectionner la collection de robe de mariée et de robe de soirée. C’est au cours de la fabrication que parfois une nouvelle robe de mariée nait.

Le plus long reste à venir, les finitions. En effet, les fermetures à glissière, les boutons, et les dentelles demandent beaucoup de minutie.

La collection est mise sous housse, et est prête à être présentée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *